The Iberian Lynx – Lynx pardinus – le lynx ibérique

De quel lynx parle-t-on?

S’il est bien un mammifère européen qui génère beaucoup de frustration de par la difficulté à l’observer, il s’agit bien du lynx.. Cependant, il faut différencier le Lynx boréal (Lynx Lynx) du Lynx ibérique (Lynx pardinus) ou aussi appelé Lynx pardelle. Ces deux animaux, bien que très proches génétiquement, sont bien deux espèces distinctes. Le premier, très forestier est répandu, principalement dans les forêts Allemandes, d’Europe de l’Est, des pays baltes et scandinaves. Le deuxième, quant à lui, est comme son nom l’indique, limité à la péninsule ibérique (Portugal et Espagne). Cette espèce, que l’on appelle donc “endémique” est considérée comme rare et à la limite de l’extinction avec une population d’à peine quelques centaines d’individus. Totalement dépendant des populations de rongeurs et lagomorphes (Lapin) et des forêts de chênes vert et liège, en plus d’avoir été braconné durant des années, il est principalement victime du morcellement de son habitat et d’accidents de circulation qui résultent de ses plus grands déplacements.

Où, quand et comment l’observer?

Où? Simple, en Espagne pardi ;o) mais encore… la meilleure région pour l’observer est la Sierra Morena, dans le parc naturel de la Sierra d’Andùjar, situé au nord de la ville d’Andùjar (en province de Jaén en Andalousie) à quelques 320km de Madrid.

14012017-DSC_9904

Quand? Pour les espèces de félins, la meilleure période d’observation est la période de reproduction. En effet, les individus se cherchent et émettent parfois des vocalises pour se trouver et ce, sans prêter grande attention à tout ce qui n’est pas lynx autour d’eux. Ces déplacement, en journée, rendent les lynx plus visibles que d’habitude. La meilleure période en ce qui le concerne est donc le mois de Janvier. Ceci dit, ces périodes sont bien connues des Espagnols aussi, à qui on ajoutera les touristes que nous sommes.. et donc, espérer des observations sereines et solitaires est illusoire tant le nombre de personne est élevé (voir photo). Cependant, à chaque désavantage son avantage… ce sont autant d’yeux en plus qui scrutent la Sierra. Malheureusement, lorsqu’un lynx est aperçu, les règles de civisme, de quiétude ne sont plus d’actualité et toutes sortes de comportements humains peuvent alors émerger pour faire “LE” cliché ou la meilleure observation possible. Heureusement, c’est un parc naturel et les gens ne peuvent quitter les sentiers, ce qui assure quand même une certaine marge de manoeuvre pour le lynx.

13012017-DSC_9269

Comment? Alors là, il y a deux écoles … la première consiste à s’installer confortablement (toujours prévoir une chaise pliante!) derrière ses jumelles ou sa longue-vue (fortement conseillée pour améliorer les conditions d’observation*) et attendre qu’un lynx passe dans votre très large champs de vision. Ceci étant, vu le nombre de personnes qui sont adeptes de cette recherche, dès qu’un lynx est vu, à défaut de jeter de temps en temps un coup d’oeil sur les autres observateurs pour déceler l’excitation générée par une apparition, la nouvelle se répand comme une trainée de poudre dans le site et l’observation est alors partagée. Ce sera alors à celui qui sera le mieux placé. Les photos ci-dessous ont été réalisées dans ce contexte avec un Nikon D500 et un 300mm2,8 nikkor et doubleur de focale.

La deuxième technique est de patrouiller dans la Sierra en voiture et espérer qu’un Lynx décide de traverser devant ou derrière vous, ce qui est très fréquent à cette période de l’année. Etrangement, cet animal n’est pas “craintif”.. on pourrait même le qualifier de nonchalant tant il traverse sereinement et sans se presser, même si vous êtes sorti de votre voiture à une dizaine de mètres de lui. Cela demande de checker régulièrement ses réglages photographiques et d’être prompt à bondir pour ces observations qui ne durent en général que quelques secondes. Avec un ami, nous avons eu la chance, après un week-end littéralement horrible au niveau météorologique, lors de la première éclaircie, d’en avoir 3 qui ont croisés notre route à quinze minute d’interval chacun. Soit 3 individus différents en 45 minutes et à portée de 300mm. Les photos ci-dessous en sont quelques résultats.

 

Bien sûr, vu le milieu, il est impossible de s’ennuyer tant beaucoup d’autres espèces sont présentes sur le site. Aigle ibérique, aigle royal, vautour moine, vautour fauve, merle monticole, fauvette mélanocéphale, pouillot ibérique, et la fameuse loutre d’Europe près du barrage (Presa de El Encinarejo).

Envie d’y aller? n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail dans la page contact. Je m’y rends tous les ans et pourquoi pas vous joindre à moi…. en général, je tente de faire des “longs weeks-ends” du jeudi soir au lundi matin pour ne pas manger trop de jours de congés et en général, 2 jours et demi sur place sont suffisants. Olé!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *