Une première expérience réussie en Espagne.

Un rendez-vous au T2 de Madrid jeudi midi, un groupe de passionnés qui ne se sont jamais rencontrés et venus des quatre coins de la France (Poitiers, Mulhouse, Lyon, … et surtout de l’Un ;o) avec un guide belge à la recherche du Lynx ibérique… voilà le décors planté. Loic, Pascal, Pierre-Yves, Fabien, Anthony et moi, une bonne équipe aux personnalités bien différentes mais avec ce but commun: voir le lynx ibérique.

Après avoir taillé la route vers Andujar, nous faisons une première session d’observation sur “le site à loutre” (que les habitués du coin reconnaitront).. hélas, bien que des lynx puissent aussi être observés là, personne n’est venu nous rendre visite après une si longue route.. Ce sera pour demain.

 

Nous nous rendons dans notre gîte, situé aux abords du parc. Superbement bien situé, c’est une soupe au betteraves rouge (surprenante et délicieuse), suivie d’un taboulé brocoli/lapin qui ne l’est pas moins-  qui nous retapent de nos voyages respectifs (bus, double avions, heures d’attente..). Nous apprenons que le samedi précédent notre venue, un couple de lynx a été observé plus de 4h… et que depuis ce moment là, plus aucun lynx n’a été observé. Un petit mélange de stress et d’espoir concernant notre challenge sur ces 2 jours et demi d’observation se fait ressentir. Première soirée d’échanges, de discussions, de rencontres… c’est aussi cela qui est superbe dans ce type de voyage!

Vendredi: 

7h, petit déjeuner au cake particulièrement nourrissant, nous prenons nos packs déjeuner avec nous et nous voila partis pour la Sierra. De nombreux cervidés, peu farouches, agrémentent notre chemin jusqu’au site d’observation.

une longue attente commence… d’abord dans la brise assez froide, cette recherche devient propice au coups de soleil dès que celui-ci fait son apparition. Les vocalises et parades d’un couple d’aigle ibérique (version espagnole de l’aigle impérial) nous occupent une bonne partie de la matinée. Les perdrix rouges, les vautours fauves et vautours moines, les fauvettes mélanocéphale et pitchou, les chants des chouettes chevêches, de même que la pie-grièche grise méridionale seront autant d’agréables observations ponctuants la journée mais hélas…. toujours pas de lynx. Baptiste Bataille expérience devient doucement Baptiste Bataille frustration…

Soudainement, alors qu’il fait presque sombre, Fabien s’écrie.. “les gars, c’est quoi ça.. pas un lapin et trop petit pour un cerf!”… Quasiment simultanément, à notre droite on dit avoir vu un lynx.. et à notre gauche, aussi… mais personne ne pourra confirmer en le revoyant. L’espoir renait…

Retour au gite, pour un diner réparateur (après le lapin, voila l’agneau au vin rouge…) et une longue soirée de discussion autour de nos professions et parcours respectifs.. que nous devons stopper passé minuit pour laisser nos hôtes dormir. Demain est un autre jour.

Samedi: 

Départ à la même heure.. 7h30, dans la voiture pour la Sierra. La journée s’annonce différente de la veille.. brume qui se lève plus doucement mais surtout, bien plus de personnes que la veille sur le site. Normal, les naturalistes et photographes espagnols, en week-end, viennent eux aussi chercher le Senor de la Sierra et s’ajoute aux touristes que nous sommes mais aussi aux nombreux groupes anglophones déjà présents sur le site.

La matinée passe doucement… puis l’après-midi bien entamée.. et enfin, alors que nous discutons sur la pie-grièche méridionale, Fabien, Loic et moi, mon oeil est attiré par un mouvement, proche et inattendu… un lynx! Il est là, à 40 mètres, sorti de nul part (alors que près de 40 personnes guettent les environs!). J’alerte donc vivement mes deux convives, déclenche une rafale (de mon D500 et du 500mm qui y est accolé) et puis en informe les autres observateurs en anglais. Tous accourent pour entendre la description du lieu ou je l’ai aperçu. Le lynx a fait un passage furtif, est monté sur des rochers puis a disparu dans la végétation ..BAT_4062lynxlight

J’ai juste eu le temps de déclencher l’appareil pour montrer aux personnes que je n’ai pas “inventé” cette observation. Après cette information, qui se répand rapidement (certains observateurs ont des talkies walkies..), c’est une foule compacte qui se met en mouvement pour essayer de retrouver ce félin qui s’est caché parmi les rochers.. par ou va-t-il ressortir?

IMG_5635light

Notre groupe se sépare en deux. De part et d’autres du massif rocheux. J’accompagne Pascal et Pierre-Yves, tandis qu’Anthony, Loic et Fabien reste à l’endroit initial. C’était le choix à faire.. Alors que nous cherchons de l’autre côté, le lynx exécute une manoeuvre et passe devant Fabien, Loic et Anthony. Un choix s’impose.. soit nous revenons rapidement, soit nous restons sur place et espérons un nouveau mouvement du lynx. Le libre arbitre prend ici toute son importance… Après quelques minutes, je décide d’aller voir ce qu’il se passe de l’autre coté et dès que j’apprends que le lynx est “visible”, je préviens Pierre-Yves et Pascal de vite venir rejoindre le reste du groupe. Trop tard… là, il a réellement disparu… après, ce ne sont que des soupçons d’observations qui fusent;;; “on dit l’avoir vu près, on dit l’avoir vu loin, on dit l’avoir vu s’arrêter…” rien ne sera plus confirmé.

Nous décidons de filer à l’endroit de la loutre pour espérer croiser un lynx sur le chemin ou en voir un près du barrage (site de la loutre).

Une chouette hulotte et un hibou grand-duc se font entendre.. l’ambiance est là, la luminosité descend et c’est un échange Nikon – Canon qui s’entame dans la bonne humeur sur les montées en Iso de nos boitiers.

Retour au gite, partagés par la joie de ceux qui l’ont vu et .. la compassion pour ceux qui n’ont pas eu cette chance.. la nature reste fidèle à elle-même… imprévisible et sauvage. Après un diner (de l’Espadon!!) et quelques verres, c’est a nouveau une belle soirée de discussions au coin du feu de bois qui nous tient éveillés jusqu’aux petites heures.

Dimanche:

la logistique aérienne et ses horaires selon les origines des participants limite les observations du dimanche qui prennent fin à 9h20 pour rentrer sur Madrid. Un raccourci GPS nous fera découvrir quelques coins sympathiques de la région, sous l’oeil averti de Pierre-Yves. Madrid, T4, T2, T1.. autant d’endroits a atteindre avant le retour chez soi, avec des images et des souvenirs plein la tête.. et pour certains aussi, sur leurs cartes mémoires, quelles qu’elles soient. Un groupe génial, en ce qui me concerne, à l’humour bien présent et que j’espère recroiser lors de festivals ou d’autres voyages!

IMG_9138

En ce qui me concerne, bien des enseignements pour améliorer les prochains voyages aussi, et … vivement l’année prochaine pour ce lynx ibérique, bien capricieux mais qui génère toujours une belle émotion et une dose d’excitation lorsqu’il est aperçu ou … annoncé.

Je fournirais les précisions du prochain séjour Lynx dans les mois qui viennent. Soyez donc attentifs… mais le nouveau site internet en gestation vous y aidera!

Une pensée sur “Une première expérience réussie en Espagne.”

  1. Merci pour ce beau récit. Contente que vous l’ayez vu pour certains. Et même si l’animal pour lequel vous voyagez se fait discret ou rare, Bat-Cuicui sera toujours là pour commenter les oiseaux du coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *