De retour d’un séjour extraordinaire en Inde

Nous voilà revenus d’Inde… un séjour axé sur la panthère des neiges riche en rencontres et échanges humains – allant de l’Himachal Pradesh (Nord de l’Inde) à l’Uttar Pradesh (350km sous Delhi) – mais aussi et surtout des opportunités que Dame Nature nous a littéralement offertes.

Tout commence à Bruxelles avec un groupe de 5 convives (+ moi) composé de belges mais aussi d’un français et d’une italienne. Après un stop à Helsinki pour faire plus amples connaissances avant de décoller pour Delhi et enchaîner un vol sur Chandigarh (Inde), nous voici en route sur l’une des dix routes catégorisées comme “les plus dangereuses du monde”. Cette route nous mène de Chandigarh à Rampur (1 journée de voiture) et ensuite de Rampur à Kibber. C’est dans cette dernière partie de route que nous prenons tout le sens de cette appellation routière. Hormis quelques formalités de permis d’entrées en parc naturel, ce sont surtout les travaux routiers et déblaiements de voies au bulldozer qui auront raison de nous dans cette derniere partie de trajet (de nuit – cents mieux, on ne voit pas les ravins de part et d’autres de la voiture…) vers les hauteurs de Kibber (4127m d’altitude).

Le jour de lève sur Kibber et hormis l’air absent à cette altitude, c’est un paysage époustouflant qui s’offre à nous!

Nous allons y évoluer durant les prochains jours à la recherche du fantôme de l’Himalaya: la panthère des neiges (PdN)

A peine déjeuner, première alerte… une trace aurait été vue à quelques 8-900m du camp. Nous partons directement, nous laissons l’acclimatation pour demain ;0)

Fausse alerte, essoufflés nous nous contenterons d’observer des Ibex, bouquetins local et dîner apprécié de la PdN.

Heureux et un peu excités de cette premier sortie, nous partageons le repas de nos hôtes dans cette petite pièce qui sert de salle à manger, à genoux, en cercle. Deux espagnols, un kenyan, un anglais, une française et un indien partage cet espace avec nous. De quoi alimenter les échanges dans un anglais très variable selon l’interlocuteur. Les accents sont chantants.

_DSC4150light

Le lendemain, ce n’est plus une fausse alerte! La panthère est là, un pisteur l’a observée et la suit à distance. Les talkies walkies que j’avais amené servent bien! Nous voilà, sans déjeuner, déballant la pente jusqu’à…. la premier observation d’un beau mâle adulte de PdN qui se reposent à environ 1km de nous. Les longues-vues (merci Kite optics!!!) nous servent et les pisteurs en profitent aussi!

test1PdNKib1

Soudain, après quelques heures d’observation de ce chat qui s’étire, se repose, change de position, baille… un petit groupe de jeunes ibex s’aventure dans les environs de la panthère – environ 300m d’elle , un peu plus bas). C’est alors que le spectacle commence. La panthère entame sa manœuvre et adopte des comportements de chasse bien typique de cette espèce avant une chasse. Elle se roule plusieurs fois dans la poussière.. cela lui permet d’éliminer/ diminuer son odeur mais aussi d’adapter sa fourrure au type de couleur du sol… ses tâches commencent même à être moins visibles. Étonnant et … magique!

Elle contourne les ibex et commence à se mettre à ras du sol en avançant. Nous ne manquons pas une miette du spectacle de de ce qui va se passer sous nos yeux. Je n’arrive même pas à voir où se trouve l’Ibex que la PdN cible tellement je suis focalisé sur les prises de vue et … bam, elle part, elle court… les muscles se détendent et après seulement quelques mètres, elle se retrouve à 5-6m de lIbex qui détale dans la pente. Surprenant comportement, la panthère ne poursuit pas sa course mais se plaque derrière une touffe d’herbes… les ibex ne resteront pas à portée.. échec. Mais quelle observation. Tous les convives n’en reviennent pas. Les boîtiers photos ont déclenchés quelques rafales…

Inutile de décrire le sentiment après ce type d’observation, cela doit se vivre pour se comprendre mais en ce qui me concerne, je suis partagé entre de la satisfaction pour mes convives que j’ai emmené si loin et haut en espérant leur faire vivre une simple observation et une réelle joie d’avoir en plus permis quelques clichés juste superbes!

Mission accomplie… ouf, le stress de l’organisation retombe directement, le reste ne sera que bonus! Et quel reste…pour ne parler que de la partie PdN, après une journée de recherche infructueuse, le surlendemain, ce n’est pas une mais trois PdN que Tenzin, le pisteur, a débusqué. Une mère et deux jeunes de l’année précédente sont enroulés les uns dans les autres pour se tenir chaud et renforcer les liens familiaux. Quelle bonheur. Des heures à les regarder changer de place, s’étirer, … dormir.

_DSC5617 copiemodiflight

En ce qui nous concerne, après 6 à 7h d’observation, nous commençons à sentir l’absence du soleil et le vent se lève.. glacial! Et elles ne bougent toujours pas!! Jusqu’à ce que, quand presque tout le monde a remballé le matériel photo, la mère se lève.. s’étire… et tout le monde se remet en position pour le show! Durant presque 40min, la petite famille va se mettre à escalader les parois pour sortir de la falaise où elle s’était mise au repos. Les deux jeunes PdN jouent parfois ensemble et ne font pas preuve de la même agilité de leur mère… inutile de dire que, malgré le froid, les doigts congelés et les appareils/batteries qui dégustent, je ne sais pas combien de photos sont prises… en changeant sans cesse les réglages sans quitter des yeux les animaux – dans quoi… impossible de les retrouver tant ils sont mimétique et la lumière tombée… finissant l’observation à plus de 10000 iso avec une mise au point manuelle vu l’absence de lumière… les résultats photographiques seront ce qu’ils sont mais l’observation restera à jamais dans nos mémoires !!!

Avec 8 panthères en 2 ans, je suis comblé MAIS c’est sur, l’année prochaine, je reviens!!! Il est des aventures dont on ne se lasse pas bien vite ;0)

Pour ceux et celles qui souhaitent venir chercher la panthère des neiges avec moi, manifestez-vous rapidement… je n’aurais que 5 places de disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *