COVID en a décidé… pause d’une durée indéterminée de mes activités…

(c) Handout

Reculer pour mieux sauter….

Cette épreuve que Dame Nature met sur notre chemin est source de bien des enseignements..

Non seulement elle nous impose de nous questionner sur notre mode de vie (le surconsommation, notre attrait pour le superficiel) , nos relations à autrui (les plus démunis, les plus nantis, les tranches d’âge de la société, les professions, …) mais aussi sur notre rapport à la Nature. C’est sur ce point plus précisément que j’aimerai m’étendre un peu en ma qualité de biologiste et amoureux de la nature depuis mon plus jeune âge.

Nature, si on se penche sur la simple signification et origine latine de ce mot (Natura), qui signifie littéralement: “le fait de la naissance“, “le cours des choses“… je pense qu’on comprendra que la leçon qui nous est imposée (je ne dis plus enseignée car même un décideur sourd ou stupide ne peut l’ignorer) est qu’elle aura toujours le dernier mot. Ici un virus, demain une bactérie.. ces formes de vie si primitives qu’on aurait tendance à oublier qu’elles sont aussi l’origine de TOUTES les formes de vie sur notre planète. Il semble donc logique que ces ancêtres se rappellent à nous et tentent de nous remettre sur le chemin quand cela est nécessaire. Par “remettre sur le chemin” j’entends surtout nous rappeler que nous ne sommes en rien les “êtres suprêmes ou supérieurs” que certains courants philosophiques (pour ne pas dire autrement) nous ont martelé ou modelé l’esprit, depuis quelques millénaires. Nous sommes un animal comme bien d’autres, avec nos défauts et qualités. L’un de nos défaut majeur étant justement cet égo, ce complexe de supériorité, qui nous auto-proclammés “sommet de l”évolution”.. alors que nous en sommes bien éloigné. Nous nous sommes même cru soustraits à ce beau principe qu’est la sélection naturelle. Bien sur, quoi de plus facile que de tuer un lion avec un fusil (à défaut de savoir le faire a main nue – ou de courir plus vite que lui), de pécher un requin au harpon (à défaut de savoir le faire à main nue – ou de nager plus vite que lui), de couper des arbres centenaires pour les transformer en maison (à défaut de savoir y monter à main nue ou d’y faire notre abri). Oui, un gros cerveau mais bien mal fini ce petit humain d’un point de vue adaptatif. Alors, petit Virus, merci de nous rappeler ce principe de base en biologie.

Ensuite, on apprend de sources plus ou moins fiables que notre ami le pangolin serait le lien manquant qui aurait permis à Covid de passer chez nous, êtres humains (pardon à lui déjà pour cette accusation,… https://www.youtube.com/watch?v=9AoylmoPFdI). Cette espèce que tout le monde a appris a reconnaitre maintenant sans savoir pour autant qu’elle est l’animal le plus braconné du monde pour sa chair et ses écailles. (https://www.youtube.com/watch?v=DqC3ieJJlFM) ..

Ce n’est hélas pas la première fois qu’un animal, sauvage ou pas, élevé ou braconné, est à la base d’une épidémie.. c’est même la principale source d’épidémie. La consommation de viande, qu’elle soit “de brousse”, d’élevage ou de parties de ces animaux (sur des marchés non-officiels ou pour la médecine traditionnelle chinoise). je vous laisse admirer le petit graphique ci-dessous qui en illustre quelques cas précis.

Alors bien sur, lorsque l’on voit ce petit symbole en bas à droite de ce graphique, on peut y voir une intrusion religieuse discrète dans le débat, mais sur le fond, cela nous ramène encore et toujours a cette empreinte que nous avons, en tant que “sur-consommateurs” de protéines animales. Ne serait-ce pas l’occasion, en ces temps de confinements, de repenser cette part animale dans notre alimentation et surtout, le bien que nous pourrions en tirer personnellement mais aussi globalement. Sans compter l’impact de l’obésité/surpoids sur le taux de létalité du virus?

Cela est posé, ne juge rien mais reste néanmoins posé et devrait, je pense, amener certains d’entre nous à réfléchir sur le sens de cette abondance de protéines animales dans nos assiettes.

Sur ce, je vous laisse et espère vous retrouver rapidement sur le terrain, à observer ce que la Nature a fait de mieux… les animaux, tous, sans exception. En ce compris les humains, dans ce qui est devenu leur habitat de prédilection: nos villes.

Belle journée à toutes et tous.